«

»

DE DECOUVERTE EN DECOUVERTE…

Partager sur facebook

 

 

Cela fait 7 mois que je suis aux Philippines. Tout n’est ni entièrement nouveau, ni complètement connu. Je continue mon temps d’adaptation et de découverte du pays. En même temps, j’apprends beaucoup de choses. Je vais vous partager quelques expériences vécues dans ce pays.
Je suis impressionnée par les yeux. Des Philippins ont des beaux yeux, spécialement ceux des enfants. Ils sont clairs comme le lac du matin bien que la vie ne soit pas facile. Les soucis de la vie ne troublent pas les enfants. Ils continuent à vivre leur enfance d’une manière heureuse et à donner des sourires à la vie. Chaque matin, quand je pars au travail, les enfants me saluent avec un beau regard heureux et cela me donne la joie et le courage pour toute ma journée.

1
On dit que les Italiens parlent par les mains, je peux dire que les Philippins parlent par les yeux. Quand je suis arrivée, j’ai commencé à apprendre le code des yeux : selon la position des sourcils la personne veut dire oui ou non. Des yeux peuvent exprimer le mécon-tentement, le contentement, le salut etc. Je me rappelle une fois quand je travaillais à la cantine, je ne pouvais pas parler le tagalog alors les enfants ne parlent que cette langue. Quand ils sont arrivés, ils m’ont montré ce qu’ils voulaient et je le leur ai donné. Mais quand je leur ai demandé si c’était ce qu’ils voulaient, au lieu de me répondre oui ou non, ils ont bougé seulement les yeux. Au début, je me suis demandé si c’était bon ce que je leur ai donné, car ils ne disaient rien. Mais après, j’ai compris qu’ils ont répondu, non par des mots mais par des yeux. Quand je peux décoder, les choses vont bien. Donc, les yeux peuvent parler beaucoup. Ils nous parlent des états intérieurs, des pensées et c’est aussi par les yeux que les personnes communiquent.

1011531_10201166326252951_2136638152_nUne autre chose m’étonne toujours, c’est la patience des Philippins. Ils font la queue patiemment partout. Ils font la queue pour entrer dans l’ascenseur, dans les magasins, dans les transports en commun comme le métro, les jeepneys, les bus… Je me plains souvent quand la queue est trop longue et parfois je m’énerve. Mais les Philippins attendent patiemment. Un jour, je suis rentrée de la messe, c’était 19 heures et il faisait nuit déjà. Je devais prendre la jeepney pour rentrer, malheureusement, il y avait une longue queue, et je devais attendre environ 45 minutes pour avoir la jeep. J’étais inquiète car il était tard. Pourtant, les Philippins attendent patiemment et dans le calme, sans se plaindre, les visages étaient tranquilles. Je me suis demandé comment ils pouvaient être calmes comme cela. Des Philippins m’ont répondu que s’énerver ou pas, la situation ne changera pas, donc, pourquoi s’énerver ? C’est vrai. Je dépense mon énergie pour rien. J’ai appris que je suis dans une société où tout doit être performant et rapide. Je n’ai pas de temps pour voir le pourquoi des choses. Aussi savoir vivre lentement est une bonne chose.
Il y a encore beaucoup d’autres expériences que j’ai vécues. Je découvre que chaque pays et chaque culture a ses richesses et ses valeurs. Ils m’interrogent et m’enrichissent. Je me rappelle un proverbe vietnamien qui dit : « si on va quelque part le temps d’une journée, on revient rempli de sagesse par tout ce qu’on a reçu ».

Sr Tuong Vân